Classique

La peau de chagrin – BALZAC

“Nous avons tous la prétention de souffrir beaucoup plus que les autres..”

9782253006305-t

○ Infos ○ 

Titre  : La peau de chagrin
Auteur : Honoré de Balzac
Editions : Le Livre de Poche (2010)
Nombre de pages : 407 pages

○ Résumé ○ 

Raphaël de Valentin, homme aimant les sciences et la poésie, souhaite être aimé d’une femme riche et luxueuse. Tombant sous le charme de Foedora, celui-ci dépense l’entièreté de son héritage pour tenter de plaire à cette dame froide et sans coeur. Brisé, Raphaël veut mettre fin à ses jours mais croise un vieil antiquaire qui lui remet un mystérieux talisman, la peau de chagrin qui a la prétention d’exaucer le moindre des voeux du jeune homme. Cependant, la taille du morceau de peau diminue après chaque souhait et emporte un peu du temps de vie de Raphaël…

○ Mon avis ○

J’ai dû lire ce livre dans le cadre de mon cours de français et je savais à quoi m’attendre en commençant ce classique. Je n’ai pas dû tout été transportée par l’histoire et par les mésaventures de Raphaël.

Le premier point qui m’a dérangée et qui est malheureusement commun à de nombreux classiques du genre est la présence d’un grand nombre de descriptions tout bonnement inutiles: les moindres détails sont rencontrés, tous les recoins d’une pièce sont fouillés. Cela engendre fatalement une certaine lourdeur dans le récit et en ralentit considérablement le rythme. Le récit prend un certain temps à se mettre en route.

Ensuite, l’histoire se passe dans un contexte historique relativement complexe et fatalement, le vocabulaire de l’époque est radicalement opposé à celui que nous avons l’habitude d’entendre aujourd’hui. Il m’a fallu un peu de temps pour m’habituer à un tel changement. Heureusement, ma version du livre comportait des notes en bas de pages qui m’ont permis de comprendre certains termes. Ce langage peut rendre la lecture laborieuse et ennuyante, surtout lorsqu’il est couplé avec les descriptions trop nombreuses. Certains discours des personnages sont difficiles à comprendre, surtout lorsqu’ils parlent de la politique de leur époque.

Enfin, et cela est sûrement le seul point positif de ce livre, l’histoire contient quelques réflexions philosophiques intéressantes, des idées faisant réfléchir à la vie. On nous parle de l’Envie, de nos besoins, de la souffrance… Si on prend la peine de les lire attentivement et de les comprendre, ces passages peuvent vraiment nous intriguer et rejoindre certaines de nos pensées actuelles, comme la citation tirée du livre dont je vous ai fait part au début de l’article.

 

○ En bref ○

L’idée de base était originale mais malheureusement, ma seule envie pendant ma lecture était de finir le livre et de l’oublier sur une étagère ou dans un vide-grenier.

○ Note ○

2/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s